Dernières nouvelles à la SOGC

Mise à jour urgente – Stratégie temporaire substitutive pour le dépistage du diabète gestationnel durant la pandémie de COVID-19

8 April 2020
Dépistage du diabète gestationnel durant la pandémie de COVID-19
 

Déclaration Révisée du comité des maladies infectieuses de la SOGC sur les travailleuses de la santé pendant la pandémie de COVID-19

Chelsea Elwood, M.D., Isabelle Boucoiran, M.D.,
Julie VanSchalkwyk, M.D., Deborah Money, M.D., Mark Yudin, M.D.,
Vanessa Poliquin, M.D.

Au nom du comité des maladies infectieuses de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

À l’heure actuelle, la pandémie de COVID-19 a des répercussions sur les divers territoires canadiens, et la transmission du virus dans la collectivité est désormais courante. Les travailleurs et travailleuses de la santé en première ligne doivent respecter rigoureusement les directives appropriées relativement au port d’équipement de protection individuelle (EPI) pour éviter toute infection.

 

Depuis que la COVID-19 a commencé à se répandre dans le monde entier, d’importantes discussions ont eu lieu entre les experts médicaux et dans les médias concernant les conséquences de cette maladie sur la grossesse. À ce jour, les données disponibles sur les conséquences de l’infection au SARS-CoV-2 (virus causant la COVID-19) sur la grossesse sont limitées à quelques séries de cas de femmes infectées dans la seconde moitié de la grossesse (CHEN, ZHU, WANG, YU). Bien que le nombre de femmes enceintes atteintes de la COVID-19 ne soit pas élevé, les données de ces séries de cas ont toujours démontré que les femmes enceintes ne présentent pas d’augmentation des risques d’infection et de morbidité grave (par exemple, nécessité d’admission aux soins intensifs ou mortalité) par rapport aux femmes non enceintes du même âge. De plus, la grande majorité des nourrissons nés de femmes enceintes atteintes de la COVID-19 sont en bonne santé à la naissance; les cas de prématurité presque à terme constituent l’issue de grossesse défavorable le plus souvent signalée. Les résultats défavorables de la grossesse rapportés dans la littérature semblent être proportionnels au degré de maladie respiratoire maternelle. À ce jour, d’après notre expérience avec d’autres virus respiratoires tels que le SRMO, le SRAS et l’influenza, aucunes données probantes ne portent à croire à la possibilité d’une transmission verticale de la COVID-19.

Pour ces raisons, les femmes enceintes qui travaillent dans les services essentiels, y compris les travailleuses de la santé, peuvent continuer à travailler pendant la pandémie de COVID-19. En situation d’exposition possible à un cas soupçonné ou confirmé de COVID-19, la travailleuse doit porter l’équipement de protection individuelle adéquat. Outre les mesures conseillées pour les travailleuses de la santé non enceintes, aucune mesure de protection individuelle supplémentaire n’est requise pour les travailleuses de la santé enceintes. Étant donné que les données sur la COVID-19 pendant la grossesse n’en sont qu’à leurs débuts, il y aurait lieu d’envisager de limiter l’exposition des travailleuses de la santé enceintes aux cas soupçonnés ou confirmés de COVID-19 lorsque la disponibilité du personnel le permet.

Les femmes enceintes qui présentent des comorbidités, notamment les maladies cardiaques, l’hypertension et les maladies pulmonaires, peuvent communiquer avec leur fournisseur de soins prénataux pour se renseigner sur leurs risques de morbidité liée à la COVID-19 et ainsi modifier leur risque d’exposition en conséquence. En l’absence de comorbidité, il n’y a pas lieu de modifier les critères des indemnités de travail ni des charges de travail en vigueur pour les membres du personnel enceintes en raison de la COVID-19.

 

Le comité des maladies infectieuses de la SOGC s’engage à examiner régulièrement la littérature disponible et à modifier ses recommandations, le cas échéant, à mesure que le bassin de connaissances médicales s’enrichit durant et après la pandémie de COVID-19.

 

RÉFÉRENCES

 

  1. Zhang L, Jiang Y, Wei M, Cheng BH, Zhou XC, Li J, Tian JH, Dong L Hu RH. Analysis of the pregnancy outcomes in pregnant women with COVID-19 in Hubei Province. Zhonghua Fu Chan Ke Za Zhi 2020; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32145714.

  2. Liu Y, Chen H, Tang K, Guo Y. Clinical manifestations and outcomes of SARS-CoV-2 infection during pregnancy. J Infect 2020; https://doi.org/10.1016/j.jing.2020.02.028.

  3. Chen et al. (2020) Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women: a retrospective review of medical records. Lancet; http://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30360-3.

  4. Yu N, Li W, Kang Q, Xiong Z, Wang S, Lin X, Liu Y, Xiao H, Deng D, Chen S, Zeng W, Feng L, Wu. Clinical features and obstetric and neonatal outcomes of pregnant patients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective, single-centre, descriptive study. JAMA; https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30176-6.

 

27 March 2020
Déclaration du comité des maladies infectieuses de la SOGC sur les travailleuses de la santé
 

Opinion de comité de la SOGC – COVID-19 pendant la grossesse

Chelsea Elwood, M.D., Isabelle Boucoiran, M.D.,
Julie VanSchalkwyk, M.D., Deborah Money, M.D., Mark Yudin, M.D.,
Vanessa Poliquin, M.D.

Au nom du comité des maladies infectieuses de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

 Mise en garde relative à l’opinion de comité (avril 2, 2020)


Dans cette opinion de comité, les membres du comité des maladies infectieuses de la SOGC ont tenté de fournir des directives générales en matière de prise en charge de la COVID-19 chez les patientes enceintes. Étant donné la diversité de l’épidémiologie de la COVID-19 à tout moment dans l’ensemble des territoires, l’adaptation de ces directives peut grandement varier en fonction du contexte d’infrastructure et de ressources actuel de chaque fournisseur. Nous avons conscience que certains fournisseurs ont des questions précises qui vont au-delà de la portée de ces directives; par conséquent, nous vous encourageons à consulter, si possible, les experts locaux ainsi que les ressources nationales, régionales et institutionnelles pour obtenir des renseignements à jour sur les protocoles de dépistage et de prévention de l’infection. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus.html

 

Mars 13

En décembre 2019, un nouveau coronavirus, finalement appelé coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), a été détecté à Wuhan, en Chine. En date du 10 mars 2020, la COVID-19 avait infecté plus de 100 000 personnes à l’échelle mondiale et causé des milliers de morts1. Au début de mars 2020, le Canada a signalé plusieurs dizaines de cas, la plupart chez des gens de retour d’un voyage à l’international ou chez des personnes avec qui ils avaient eu des contacts étroits2. Étant donné que la pneumonie est une cause importante de morbidité et de mortalité maternelles, l’émergence et la propagation mondiale de la COVID-19 ont éveillé les inquiétudes sur les conséquences de cette épidémie pour les femmes enceintes et leurs fœtus. Les femmes enceintes et leurs proches chercheront à obtenir de l’information et des conseils auprès des fournisseurs de soins de maternité sur la façon de prévenir ou de traiter la COVID-19.

 

En raison des changements physiologiques inhérents à la grossesse, les femmes enceintes atteintes d’une infection des voies respiratoires inférieures présentent souvent une évolution plus préoccupante par comparaison aux personnes non enceintes, notamment un taux plus élevé d’admission à l’hôpital et à l’unité de soins intensifs3. Depuis 2002, nous avons connu deux épidémies mondiales de coronavirus hautement pathogènes : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Bien que le SRAS et le SRMO ne soient pas identiques au SRAS-CoV-2 dans leurs structures génétiques ou leurs manifestations cliniques, les récentes épidémies de ces virus nous renseignent sur les effets de la COVID-19 dans un contexte de grossesse. La littérature sur le SRAS et le SRMO pendant la grossesse se limite à une poignée d’études de cas et de séries de cas4–9. Bon nombre de ces cas impliquent des morbidités graves, notamment le recours aux soins intensifs et à l’assistance cardiorespiratoire. On recense en particulier des cas de mortalité maternelle associés au SRAS et au SRMO. La seule étude cas-témoins publiée montre que les femmes enceintes atteintes du SRAS présentaient une évolution pire que celle des femmes non enceintes d’âge semblable10.

 

Les évolutions rapportées varient en fonction des effets du SRAS et du SRMO sur les issues de grossesse. L’avortement spontané a été signalé chez les femmes qui ont contracté le SRAS ou le SRMO au premier trimestre4. Des cas de mortinaissance, de retard de croissance intra-utérin et de naissance avant terme ont également été signalés chez des femmes ayant contracté le SRAS ou le SRMO au deuxième ou au troisième trimestre4, 9. Il est toutefois important de remarquer qu’un certain nombre de grossesses se sont soldées par une issue favorable même si la mère avait contracté le SRAS ou le SRMO6–8. De façon générale, et en s’appuyant sur notre connaissance de l’effet d’autres maladies respiratoires pendant la grossesse, les issues de grossesse défavorables sont probablement liées à la gravité de l’atteinte respiratoire maternelle.

 

Il reste à voir si les effets de la COVID-19 sur les femmes enceintes et leurs fœtus seront semblables à ceux du SRAS et du SRMO. À ce jour, le taux de mortalité des cas signalés pour la population générale atteinte de la COVID-19 est inférieur à celui du SRAS ou du SRMO (estimé à 1 %–2 % par rapport à 9 %–10 % et 35 %–40 %, respectivement). De même, à l’heure actuelle, on dénombre plus de 60 cas confirmés de COVID-19 chez des femmes enceintes en Chine; la grande majorité de ces femmes ont manifesté une pneumonie légère à modérée11–14. À ce jour, on compte 1 cas de morbidité maternelle sévère due à la COVID-1912; il s’agit d’une femme de 31 ans ayant contracté le virus à 34 semaines de gestation. Elle a manifesté une sévère atteinte respiratoire et une dysfonction multiviscérale, ce qui a exigé un traitement par oxygénation extracorporelle (ECMO). Les issues de grossesse des cas signalés sont généralement bonnes11–13; les issues de grossesse défavorables les plus fréquemment rapportées sont le travail prématuré spontané ou iatrogène. Une mortinaissance a été signalée; celle-ci découle d’une atteinte maternelle sévère selon Liu et coll.12. Compte tenu des données limitées, il est trop tôt pour déterminer si l’on doit s’attendre à un taux élevé d’issues défavorables chez les femmes enceintes ayant contracté la COVID-19. Comme avec le SRAS et le SRMO, les issues de grossesse seront sans doute fortement corrélées avec le degré de l’atteinte maternelle12.

 

Il n’existe aucunes données probantes quant à la transmission verticale (mère-enfant) dans les cas de SRAS, de SRMO ou de COVID-19. En outre, les analyses du liquide amniotique, du sérum, du placenta et du lait maternel des femmes enceintes ayant reçu un diagnostic confirmé de SRAS ou de COVID-19 n’ont révélé aucun ARN viral détectable8, 13, ce qui soutient l’hypothèse voulant que la transmission verticale soit peu probable. Il est important de prendre note que l’infection maternelle par le SRAS, le SRMO ou la COVID-19 n’a pas été associée à des effets tératogènes. Cependant, en raison du faible nombre de cas d’infection signalés au cours du premier trimestre (moment où l’embryogenèse se produit), les risques d’anomalies congénitales associés à la COVID-19 ne peuvent pas être complètement exclus.

 

D’après notre compréhension actuelle de l’épidémie mondiale, les points suivants représentent notre compréhension de la COVID-19 pendant la grossesse, avec des recommandations spécifiques aux soins ante partum, intrapartum et post-partum :

Soins ante partum

  • Les patientes obstétricales qui manifestent des symptômes respiratoires doivent être invitées à porter un masque chirurgical dès qu’elles se présentent à l’établissement de soins de santé.

  • Les femmes soupçonnées d’être atteintes de la COVID-19 ou d’y avoir été exposées doivent être rapidement passées au triage, recevoir un masque à porter et être transférées dans une chambre individuelle le plus rapidement possible.

    • Des analyses doivent être effectuées conformément aux lignes directrices et recommandations locales. La grossesse ne semble pas nuire à l’efficacité des analyses.

  • La prise en charge non interventionniste à la maison peut être appropriée pour de nombreuses femmes. Pour les femmes qui doivent être hospitalisées, les précautions relatives à l’infection par gouttelettes ou par contact sont adéquates.

  • Les fournisseurs de soins de santé doivent envisager de reporter les consultations de suivi prénatal pour les femmes qui ont subi ou subissent un test de dépistage de la COVID-19. Il convient de se mettre soi-même en quarantaine conformément aux protocoles locaux.

  • L’utilisation d’un masque N95 n’est nécessaire que pour les interventions ayant recours à des générateurs d’aérosols (p. ex. intubation). La durée et l’arrêt des précautions doivent être déterminés conformément aux lignes directrices de l’Agence de la santé publique du Canada15 et aux lignes directrices provinciales et territoriales.

  • Les fournisseurs de soins de santé peuvent envisager une antibiothérapie empirique pour la pneumonie bactérienne surajoutée chez les femmes ayant un diagnostic confirmé de COVID-19 ou de maladie respiratoire sévère. Les antibiotiques de première intention sont l’amoxicilline par voie orale pour les patientes dont l’état est stable et la ceftriaxone pour les atteintes sévères en fonction des recommandations générales pour la prise en charge de la pneumonie.

  • Pour la surveillance maternelle, il convient d’effectuer une surveillance étroite ou de lancer un système d’avertissement précoce obstétrical.

  • L’amorce d’une corticothérapie ante partum aux fins de maturation fœtale pourrait être envisagée selon les directives actuelles16 si l’accouchement avant terme est indiqué ou prévu en fonction de l’état maternel.

  • La surveillance fœtale ante partum des cas confirmés de COVID-19 devrait être effectuée mensuellement et intégrer une évaluation échographique fœtale de la croissance et de l’anatomie.

Soins intrapartum

Il convient de prendre des précautions pour prévenir l’infection par gouttelettes ou par contact, notamment au moyen du port d’un masque chirurgical avec protection oculaire, d’une blouse d’hôpital et de gants.

L’utilisation d’un masque N95 doit être réservée aux interventions utilisant des générateurs d’aérosols (p. ex. intubation).

Il y a lieu de réduire au minimum le nombre de membres du personnel soignant dont la présence n’est pas nécessaire dans la salle.

Il est conseillé de limiter la présence de membres de la famille symptomatiques et de contacts familiaux dans la salle d’accouchement; les visites doivent être permises conformément aux protocoles locaux de prévention et de lutte contre les infections.

La surveillance fœtale intrapartum sous la forme de SEF doit être envisagée en fonction des signes de détresse fœtale pendant le travail.

La césarienne doit être réservée aux indications obstétricales.

Aucunes données n’indiquent que le deuxième stade du travail génère des aérosols et, par conséquent, les précautions relatives aux infections par gouttelettes et par contacts sont suffisantes pour l’accouchement vaginal.

Étant donné que l’intubation est considérée comme une intervention génératrice d’aérosols, l’équipe chirurgicale doit porter des masques N95 pendant la césarienne s’il s’avère nécessaire de passer de l’anesthésie neuraxiale à l’anesthésie générale.

Il n’existe aucunes données probantes pour déconseiller le clampage retardé du cordon ou encourager le nettoyage précoce du nouveau-né. Il convient de continuer à appliquer les pratiques courantes telles que le contact peau à peau (la mère doit porter un masque et s’être lavé les mains) et le clampage retardé du cordon.

La césarienne planifiée doit être reportée, si possible, jusqu’à ce que la femme ne soit plus considérée comme contagieuse.

Une planification appropriée du transfert des patientes doit être effectuée afin de réduire au minimum l’exposition des autres patients de l'hôpital.

L’accouchement à l’hôpital est préférable à l’accouchement à domicile pour les femmes qui subissent un test de dépistage de la COVID-19 ou qui en sont atteintes, en raison des difficultés d’assurer la présence d’un équipement de protection personnelle approprié à la maison et des taux élevés de détresse fœtale signalés dans la littérature.

Peu importe l’âge gestationnel auquel une femme enceinte a contracté la COVID-19, le nouveau-né doit subir un test de dépistage de la COVID-19 à la naissance (c.-à-d. prélèvement par écouvillon nasopharyngé et écouvillon ombilical pour l’amplification en chaîne par polymérase liée à la COVID-19).

Soins post-partum et néonataux

La prise en charge de la période post-partum doit être orientée par une discussion axée sur la patiente relativement aux données probantes disponibles et leurs limites.

Nous ne recommandons pas l’isolement systématique du nourrisson de l’infection soupçonnée ou confirmée chez la mère. Toutefois, selon les valeurs et la disponibilité des ressources d’une famille, ses membres peuvent choisir de séparer le nourrisson de la mère jusqu’à ce que les précautions d’isolement pour la mère puissent être formellement abandonnées.

Avant de s’occuper de leur nourrisson, les femmes doivent bien se laver les mains et porter un masque pendant les soins.

Les femmes qui choisissent d’allaiter devraient être autorisées à le faire à condition qu’elles se soient bien lavé les mains et qu’elles portent un masque. Il est possible que la mère transmette des anticorps au nourrisson par le lait maternel; toutefois, il existe peu de données probantes sur cette transmission, et les bienfaits potentiels sont incertains.

Conclusion

Dans la pandémie actuelle de COVID-19, les besoins uniques des femmes enceintes et de leurs fœtus et nouveau-nés doivent être pris en compte. Comme pour toute épidémie, les données évoluent et une stratégie de prise en charge sérieuse est nécessaire. Le comité des maladies infectieuses de la SOGC a rédigé cette opinion de comité en fonction des données probantes disponibles à ce jour sur la COVID-19 ainsi que de la littérature sur les épidémies de SRAS, de SRMO et d’autres agents pathogènes émergents afin d’aider les fournisseurs de soins de maternité dans la prestation de soins aux femmes enceintes. Cette orientation repose sur les données probantes disponibles à ce jour et continuera d’être mise à jour à mesure que des renseignements supplémentaires seront rendus disponibles.

 

Pour plus d'informations, veuillez consulter la ressource ci-jointe.

 

Références

  1. World Health Organization. Coronavirus disease (COVID-19) situation report 50 (Accessed March 10, 2020). Disponible à : https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports. Consulté le 11 mars, 2020.

  2. Government of Canada. Coronavirus diseases (COVID-19): Outbreak Update. (Accessed March 10, 2020). Disponible à : https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection.html. Consulté le 11 mars, 2020.

  3. Rasmussen S, Smulian JC, Lednicky JA, et al. Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) and Pregnancy: What obstetricians need to know. Am J Obstet Gynecol 2020 Feb 24 [Online ahead of print]

  4. Wong SF, Chow KM, Leung TN, et al. Pregnancy and perinatal outcomes of women with severe acute respiratory syndrome. Am J Obstet Gynecol. 2004;191:292–7. doi:10.1016/j.ajog.2003.11.019

  5. Maxwell C, McGeer A, Tai KFY, Sermer M. No. 225-Management Guidelines for Obstetric Patients and Neonates Born to Mothers With Suspected or Probable Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS). J Obstet Gynaecol Can. 2017;39:e130–e137. doi:10.1016/j.jogc.2017.04.02

  6. Zhang JP, Wang YH, Chen LN, et al. [Clinical analysis of pregnancy in second and third trimesters complicated severe acute respiratory syndrome]. Zhonghua Fu Chan Ke Za Zhi, 2003; 38:516-20.

  7. Robertson CA, Lowther SA, Birch T, et al. SARS and pregnancy: A case report. Emerg Infect Dis, 2004; 10:345-8.

  8. Yudin MH, Steele DM, Sgro MD, et al. Severe acute respiratory syndrome in pregnancy. Obstet Gynecol, 2005; 105:124-7.

  9. Schwartz DA, Graham AL. Potential Maternal and Infant Outcomes from Coronavirus 2019-nCoV (SARS-CoV-2) Infecting Pregnant Women: Lessons from SARS, MERS, and Other Human Coronavirus Infections. Viruses, 2020; 12: 178-94.

  10. Lam CM, Wong SF, Leung TN, et al. A case-controlled study comparing clinical course and outcomes of pregnant and non-pregnant women with severe acute respiratory syndrome. BJOG, 2004; 111:771-4.

  11. Zhang L, Jiang Y, Wei M, et al. [Analysis of the Pregnancy Outcomes in Pregnant Women With COVID-19 in Hubei Province] [Article in Chinese] Zhonghua Fu Chan Ke Za Zhi 2020; doi:10.3760/cma.j.cn112141-20200218-00111.

  12. Liu Y, Chen H, Tang K, Guo Y. Clinical manifestations and outcomes of SARS-CoV-2 infection during pregnancy. J Infect 2020; https://doi.org/10.1016/j.jing.2020.02.028.

  13. Chen H, Guo J, Wang C, et al. Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women: a retrospective review of medical records. Lancet; 2020; 395: 809–15 http://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30360-3

  14. World Health Organization. Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), Feb 16-24, 2020. Disponible à : https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf. Consulté le 11 mars, 2020.

  15. Government of Canada. Infection prevention and control for coronavirus disease (COVID-19): Interim guidance for acute healthcare settings. Disponible à : https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/health-professionals/interim-guidance-acute-healthcare-settings.html#a4.1. Consulté le 10 mars, 2020.

  16. Skoll A, Boutin A, Bujold E, et al. No. 364-Antenatal Corticosteroid Therapy for Improving Neonatal Outcomes. J Obstet Gynaecol Can, 2018; 40(9):1219-39.

 

 

13 March 2020
Opinion de comité de la SOGC – COVID-19 pendant la grossesse
 

À propos de la SOGC

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) est l’une des plus anciennes organisations nationales de spécialité au Canada. Fondée en 1944, la Société a pour mandat de promouvoir l’excellence dans la pratique de l’obstétrique-gynécologie et la santé des femmes par le leadership, la défense des intérêts, la collaboration et l’éducation.

La SOGC représente plus que 4 000 obstétriciens-gynécologues, omnipraticiens, infirmières, sages-femmes et professionnels paramédicaux œuvrant dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive.


Pour tout savoir Rencontrer le conseil d'administration Conseil des professionnels universitaires
Directives cliniques et JOGC

Directives cliniques de la SOGC


En raison de la pandémie de COVID-19, la SOGC a ouvert l'accès à nos lignes directives clinique afin d'aider tous les travailleurs de la santé pendant cette période critique. Veuillez suivre le lien ci-dessous pour y accéder (aucune connexion requise).


accéder aux directives cliniques de la SOGC


À propos du JOGC

Le Journal d’obstétrique et gynécologie du Canada (JOGC) publie des recherches, revues, études de cas et commentaires originaux d’auteurs canadiens et internationaux pertinents pour les lecteurs au Canada et ailleurs dans le monde. Le JOGC couvre une vaste gamme de sujets en obstétrique et gynécologie et en santé des femmes qui touchent à toutes les étapes de la vie et il présente des directives cliniques fondées sur les données probantes, des opinions de comité et des énoncés de politique qui émanent des comités permanents ou ponctuels de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. 

Le JOGC met l’accent sur la révision rigoureuse par les pairs et accepte des articles rédigés en français et en anglais. Les résumés de tous les articles sont diffusés dans les deux langues officielles. Le JOGC est indexé dans la base de données Medline.

 

Avis aux membres : Vous DEVEZ ouvrir une session ci-dessous avant de vous rendre sur le site JOGC.com pour accéder au contenu réservé aux membres publié dans le JOGC.


L’accès au JOGC est un avantage offert aux membres de la SOGC.

Ouvrez une session ci-dessous pour profiter de cet avantage offert aux membres ou devenez membre de la SOGC et lisez le JOGC à votre guise. Cliquez sur le bouton « Devenir membre ».

Dernières directives cliniques de la SOGC

Directives cliniques à venir de la SOGC

Coin des vidéos

La Dre Isabelle Boucoiran sur le nouveau cours en ligne de la SOGC : « Vaccination pendant la grossesse »


« Est-il indiqué pour ma patiente enceinte de recevoir un vaccin antigrippal? », « Elle a déjà reçu un vaccin dcaT auparavant, doit-elle en recevoir un autre pour la grossesse actuelle? », « Comment puis-je faire une recommandation bien appuyée en faveur de la vaccination à mes patientes qui hésitent à se faire vacciner? »

Vous trouverez les réponses à ces questions et plus encore dans le nouveau cours en ligne de la SOGC : « Vaccination pendant la grossesse ». L'inscription sera disponible bientôt à l’adresse https://www.sogc.org/fr/cours-en-ligne.

Ressources

GRADE | EndNote

 
Cours en ligne
Formation médicale incontournable jumelée aux pratiques études en ligne.

Cours en ligne

Conçus par des spécialistes de la SOGC et ayant recours aux connaissances médicales les plus récentes, ces cours en ligne agréés combinent une formation médicale de premier ordre à la commodité d'études en ligne.

Ces cours sont conçus spécifiquement pour améliorer l'expérience d'apprentissage et pour adapter vos expériences éducatives pour répondre à vos objectifs personnels d'apprentissage. 

Cours

Veuillez vous connecter pour accéder à la plateforme de cours en ligne de la SOGC.

 
Cours GESTA
Améliorer les soins dispensés aux femmes, aux bébés et aux familles pendant la grossesse, le travail et l’accouchement.

Cours GESTA

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) accorde la plus haute importance à l’amélioration des soins intrapartum, tant sur le plan de la prestation que des issues. La formation continue est l’un des moyens d’atteindre ce but, et le cours GESTA (Gestion du travail et de l’accouchement), qui se veut un outil pédagogique, en fait partie.

En raison de la pandémie de COVID-19, la SOGC a ouvert l'accès à certains des matériaux GESTA, en incluant le manuel du cours, afin d'aider tous les travailleurs de la santé pendant cette période critique. Veuillez suivre le lien ci-dessous pour y accéder.

Ressources GESTA disponibles


Veuillez vous connecter pour accéder à la plateforme de cours en ligne de la SOGC.

Accueil et aperçu

Le cours GESTA a été élaboré conjointement par les obstétriciens/gynécologues, les médecins de famille, les sages-femmes et les infirmières qui voient aussi à son enseignement et à son évolution. Appuyé par la SOGC, le cours GESTA est le fruit de notre travail auprès des soins dispensés aux femmes, aux bébés et aux familles pendant la grossesse, le travail et l’accouchement.

  • Le contenu du cours est factuel et est fondé sur des directives cliniques canadiennes. Ainsi, les participants qui terminent le cours gagnent des connaissances au sujet des pratiques optimales les plus courantes en matière de prestation des soins.
  • Le cours GESTA a comme objectif d’évaluer, de mettre à jour et de maintenir la compétence des obstétriciens/gynécologues, des médecins de famille, des sages-femmes et des infirmières.
  • Ce cours de deux jours offre des séances plénières fondées sur des cas, et des ateliers pratiques.
  • Ce cours n'est pas destiné à certifier les participants dans les compétences procédurales. Il fournit une éducation et une expérience pratique, mais cela ne remplace pas la pratique en milieu clinique et le mentorat en milieu de travail.
  • La proportion enseignant / participants est d’environ 1 pour 6, ce qui fait que ce cours est hautement interactif et éducatif
Le certificat GESTA sera attribué uniquement aux personnes qui ont suivi le cours dans son intégralité et qui ont réussi l'examen écrit.

Si vous n’êtes pas en mesure d’assister à un cours GESTA, mais souhaitez acheter un manuel GESTA, veuillez télécharger le formulaire, le remplir et l’envoyer à l’adresse alarm@sogc.com.

Cours à venir

Veuillez noter qu'il y a d'autres cours GESTA à venir qui ne sont pas encore listés ci-dessous. Ils seront ajoutés à la liste actuelle dès que les aspects logistiques seront finalisés.


Si vous souhaitez organiser un cours GESTA dans votre communauté, veuillez contacter la SOGC à l'adresse suivante : alarm@sogc.com. Veuillez noter qu'un minimum de 12 participants est requis.

Si vous avez des questions concernant votre inscription, n'hésitez pas à communiquer avec nous à alarm@sogc.com.

 

Cours d'instructeur - aperçu

Le cours GESTA ne serait pas possible sans les efforts des spécialistes, des médecins, des infirmières et des sages-femmes formées pour enseigner ce cours à leurs pairs. Afin de maintenir la qualité de ce cours hautement reconnu, le comité GESTA a identifié des exigences spécifiques pour les instructeurs à travers le Canada.

Pour être admissible au cours d’instructeur, vous devez :
  • Avoir participé à un cours GESTA au cours des 4 dernières années
  • Être actuellement inscrit comme médecin de famille ou Obs.-gyn., infirmière autorisée/praticienne ou sage-femme autorisée
  • Fournir activement des soins obstétriques intrapartum

Si vous répondez aux exigences ci-dessus et que vous souhaitez participer au cours d’instructeur GESTA, veuillez soumettre votre candidature (voir le lien pour la demande ci-dessous). Veuillez prendre note que vous devez présenter une lettre de recommandation de votre employeur, du chef de département ou du directeur actuel de cours GESTA.


Si vous êtes sélectionné, vous recevrez un lien d’inscription pour le cours. Après ceci, vous pourrez payer vos frais d’inscription (650 $ + taxes pour les médecins de famille et les Obs.-gyn., 500 $ + taxes pour les infirmières autorisées/praticiennes et les sages-femmes autorisées) et avoir accès au matériel de cours.

Veuillez noter que votre participation au cours d’instructeur GESTA ne garantit pas nécessairement votre statut d’instructeur actif.

Pour devenir un instructeur GESTA actif, vous devez :
  • Terminer le cours d’instructeur
  • Enseigner un cours
  • Recevoir une évaluation favorable du directeur de cours

S’il-vous-plaît noter que vous devrez enseigner une fois tous les trois ans pour maintenir votre statut d’instructeur actif après la réussite de l’évaluation. Si vous n’enseignez pas dans l’espace de trois ans et vous souhaitez continuer à enseigner, vous devrez suivre un autre cours GESTA ou un autre cours d’instructeur.

L’espace est limité à 24 participants par cours. 

Cours instructeurs à venir

Richmond, BC - offert en anglais seulement

Ce cours a été reporté.

Le processus de candidature s'ouvrira à nouveau lorsque la nouvelle date pour le cours est confirmé.

Les candidats sélectionnés seront invités à s'inscrire au cours.

Si vous avez des questions concernant votre application, n'hésitez pas à communiquer avec nous à alarm@sogc.com.

 

Devenez membre

La SOGC est la figure de proue en matière de santé des femmes au Canada. C’est une société forte et vivante dont les membres sont actifs et de plus en plus nombreux. La SOGC a pour but de vous soutenir dans la prestation des meilleurs soins possible auprès des femmes au Canada et ailleurs dans le monde. C’est pourquoi tant de fournisseurs de soins de santé comme vous deviennent membres de la SOGC. Soyons partenaires dans votre pratique.

Devenez membre dès aujourd'hui

Événements à venir

Data pager
Data pager
12
 Page 1 of 2, items 1 to 4 of 5.
Show all 5
Link
Data pager
Data pager
12
 Page 1 of 2, items 1 to 4 of 5.
Show all 5
April 8 - 8
Forum en ligne sur les réponses au COVID-19- 8 avril
 
April 8 - 8
COVID-19 Response Forum - April 8, 2020
 
April 15 - 15
COVID-19 Response Forum - April 15, 2020
 
April 22 - 22
COVID-19 Response Forum - April 22, 2020
 
Link
There are no records.

Ressources à l'intention du public

La SOGC croit que de bons soins de santé s’appuient sur de nombreux partenariats et que l’amélioration des soins de santé exige une méthode holistique et de collaboration.

 Le fait de fournir au public des renseignements nécessaires pour qu'il puisse prendre des décisions éclairées en matière de santé élimine une barrière à l’amélioration de la santé.

LeSexeetMoi.ca

Coté comme l’un des cinq meilleurs projets de cybersanté au monde, leSexeetMoi.ca fournit des renseignements crédibles et à jour sur la santé sexuelle aux adolescents, adultes, parents, enseignants et fournisseurs de soins de santé.

Visitez

No content found

No content found

No content found

No content found

No content found

No content found

 

Programme de reconnaissance de la marque de la SOGC

Le Programme de reconnaissance de la marque vise à aider les consommateurs canadiens à faire des choix éclairés en matière de produits sans ordonnance. 

En apprendre davantage